En 2023-2024, les artistes de Kunstenplatform PLAN B ont commencé à explorer la Dramaturgie de village, en partant à la rencontre d’habitant·es de Haren, enclave au parfum de village sur le territoire de Bruxelles-Capitale, pour entamer une recherche sur les questions de participation.

La Dramaturgie de village

La campagne est un espace ambigu. Elle est de plus en plus séparée de la ville et l’opposition agriculture / nature y grandit. Alors que l’architecture villageoise fait l’objet de recherches progressistes, des visions très nostalgiques de l’espace rural fleurissent. Et malgré ça, l'espace rural est rarement le sujet ou le contexte à la création d’art…

Voilà pourquoi les membres de Kunstenplatform PLAN B se forment à la « Dramaturgie de village », pratique qu’iels ont eux·elles-mêmes inventée et qui cherche encore à se définir. Quelles questions le·a dramaturge de village peut-iel, doit-iel ou veut-iel poser ?

Ces interrogations résonnent avec l’édition 2022 de notre festival annuel : Feral. Nous nous étions notamment installé·es à la ferme urbaine du Début des Haricots pour questionner l’opposition binaire entre urbain et rural en recomposant l’idée d’espace public. Nous avions regardé les pratiques d’artistes et d’activistes qui créent des œuvres solidaires de leurs voisin·es humain·es et non-humain·es.

Le projet de Kunstenplatform PLAN B se déploie sur trois territoires : Alost, Genk et Bruxelles. Le Cifas suit plus spécifiquement la recherche sur le territoire bruxellois de Haren.

Le projet à Haren

La Dramaturgie de village s’essaie donc au territoire de Haren, village annexé par Bruxelles en 1921. Haren est un village-devenu-quartier entouré d’industries, d’aéroports, de voies ferrées, d’autoroutes et d’un village pénitentiaire. Malgré tout ça, à Haren on se sent comme dans un village. Les dynamiques qui s’y jouent pose la question suivante : Qu’est-ce qui fait village ?

Cette recherche est menée par Aulona Fetahaj et Ewoud Vermote qui cartographient Haren en interrogeant ses habitant·es. Iels y rencontrent ses communautés et tentent de comprendre les manières dont elles sont liées à leur environnement ainsi que les unes aux autres. « Quiconque vit essaie d’interagir de manière significative avec son environnement », écrit Simon Allemeersch dans Why I hate participation. Dans le cas de Haren, interagir a souvent signifié contester, se concrétisant il y a quelques années par la mobilisation contre le projet de gigantesque complexe pénitentiaire. En cherchant, filmant et discutant, Aulona et Ewoud souhaitent explorer comment les habitant·es donnent du sens à leur environnement, mettant ainsi en place une Dramaturgie de village à Haren.

Pour en savoir plus :

Kunstenplatform PLAN B

Article sur La Dramaturgie de village dans Rekto Verso

Kunstenplatform PLAN B

Kunstenplatform PLAN B est une plateforme de création travaillant sur les imaginaires de la ruralité. Elle soutient les pratiques artistiques et crée des moments de présentation tout en posant des questions sur la réalité rurale. Ces questions se posent par le biais de projets in situ créés à leur propre initiative et sur l'invitation de diverses organisations. Iels travaillent de manière récurrente sur le collectif, le non-urbain et la petite échelle.

Aulona Fetahaj

est née au Kosovo, a grandi à Bruges, vit aujourd'hui à Bruxelles. Elle a étudié le cinéma à Sint-Lukas où elle a réalisé les films She Asked Me Where I Was From. Dans ses films, elle développe un langage compréhensible pour parler des notions de foyer, de déplacement et de (re)construction des identités.

Ewoud Vermote

a étudié les sciences sociales à l'université de Gand et le cinéma à la LUCA School of Arts. Il enseigne à Sint-Lukas Kunsthumaniora et fait partie de la Kunstenplatform PLAN B et du collectif Seasonal Neighbours.