21 Septembre 2018 > 23 Septembre 2018
SIGNAL #7
Urban Academy & Urban Interventions

SIGNAL est de retour pour une septième édition! Discussions, ateliers et interventions urbaines interrogent notre relation à la ville, et confrontent nos points de vue - que l'on soit d'accord ou pas.

La Joie du désaccord

Si la question du Commun est plus que jamais au cœur de notre vie ensemble et de notre urbanité, ce serait une erreur d’en déduire, au nom de l’intérêt général, un consensus permanent. La ville est aussi constituée d’espaces d’opposition et de conflit d’opinions. De ces frictions jaillissent les étincelles de la démocratie, dans ces désaccords nous nous sentons vivants.

L’art dans l’espace urbain n’échappe pas à ces fructueuses confrontations. Il en est même souvent un exemple, car par nature il se voit forcé de quitter les sentiers battus de la logique artistique pour se confronter à d’autres réalités propres à la ville, et à des systèmes qui lui semblent antagonistes. Pensons au commerce, au savoir-vivre, à la santé, au sport, à l’urbanisme, ou encore à la religion ou la fête, qui également traversent l’espace social et dont les intérêts, les codes, les modes opératoires, diffèrent de ceux de l’art. De ces confrontations naissent des œuvres qui nous touchent par les risques qu’elles prennent et les dialogues qu’elles ouvrent.

Ces thèmes parcourent le programme de la septième édition de SIGNAL / L’art et la ville de différentes manières : dans les œuvres présentées dans l’espace public et dans les débats et rencontres de la Urban Academy.

Avec :
Chantal Mouffe (BE/UK)
Joanna Warsza (PL/DE)
Tunde Adefioye (BE)
Mattin (ES)
Dmitry Vilensky & Olga Egorova / Chto Delat (RU)
Siniša Labrović (HR)
Katrien Verwilt/Metropolis & Vera Maeder / hello!earth (DK)
Mike Ribalta / Fira Tarrega (ES)
Floriane Gaber (BE/FR)
LUIT (FR)
Annie Vigier & Franck Apertet (les gens d’Uterpan) (FR)
Kubra Khademi (AF)
Maria Sideri (GR)
Juhyung Lee (KR)
Ghost Army (BE)
François Durif (FR)
Le Geste qui sauve/Liévine Hubert (BE)
Reclaim the Future (EU)
Aquaserge (FR)
et bien d'autres...

Programme

Vendredi 21.09.2018

Urban Academy

9:00 > 12:00
Discussions
Provocateur: Tunde Adefioye (BE/US), avec Siniša Labrović (HR), Franck Apertet (les gens d'Uterpan) (FR), Katrien Verwilt / Metropolis (DK), Floriane Gaber (BE/FR)

13:00 > 16:00
Ateliers au choix menés par Siniša Labrović (HR), Franck Apertet (les gens d'Uterpan) (FR), Katrien Verwilt/Metropolis & Vera Maeder/hello!earth (DK)

16:00 > 16:30
Résumé de la journée

Interventions Urbaines

14:00 > 17:00 François Durif - "Vie, vite, vitre, vitrier"
20:00 > 22:30 LUIT - "Marché Noir"
 

Samedi 22.09.2018

Urban Academy

07:30 > 08:30
Yoga

08:30 > 09:30
Petit-déjeuner

09:30 > 12:30
Discussions
Provocatrice: Joanna Warsza (PL/DE), avec Mattin (ES), Dmitry Vilensky & Olga Egorova / Chto Delat (RU), Mike Ribalta / Fira Tarrega (ES)

13:30 > 16:30
Ateliers au choix menés par Mattin (ES), Dmitry Vilensky & Olga Egorova / Chto Delat (RU), Mike Ribalta / Fira Tarrega (ES)

16:30 > 17:00
Résumé de la journée

Interventions Urbaines

08:00 > 21:00 Juhyung Lee - "C’est pas là, c’est par là" - installation
En continu      Ghost Army 
11:00 > 18:00 Kubra Khademi – "Minding the Gap"  
13:00 > 16:00 François Durif - "Vie, vite, vitre, vitrier"
15:00 > 18:00 Reclaim the future
18:00 > 19:30 Reclaim the Future - Repas partagé
21:00 > 22:00 Juhyung Lee – "C’est pas là, c’est par là"  - performance

Dimanche 23.09.2018

Urban Academy

08:30 > 09:30
Yoga

09:30 > 10:30
Petit Déjeuner

10:30 > 12:30
Conclusions avec les provocateur·trice·s Tunde Adefioye (BE/US) et Joanna Warsza (PL/DE)

Interventions Urbaines

En continu      Ghost Army
11:00 > 14:00 François Durif - "Vie, vite, vitre, vitrier"
13:30 > 16:30 Le Geste qui sauve/Liévine Hubert - "No Regret" 
14:00 > 17:00 les gens d’Uterpan – "Défilés"
15:00 > 17:00 Maria Sideri - "Déviation"
18:00 > 19:30 Aquaserge

Ateliers

VENDREDI 21.09.2018

1/ Atelier mené par Siniša Labrović (HR)


Je suis ici, mais je ne sais pas où
Entre 1945 et 1991, la Croatie faisait partie de la Yougoslavie, un État communiste/socialiste dans lequel la plupart des propriétés étaient publiques et appartenaient à l’État. Hôtels, usines, terres, forêts, parcs, appartements, hôpitaux, infrastructures sportives, stations balnéaires, routes, distribution d’eau ou encore installations électriques étaient des propriétés publiques. En 1991, la Croatie devient un État indépendant et démocratique. Les deux événements associés, aujourd’hui encore, à l’Indépendance sont : la guerre, qui a duré de 1991 à 1995, et la privatisation des propriétés publiques et de l’État. Ce processus de privatisation peut être décrit comme un pillage et une destruction de tous les biens publics en faveur des intérêts privés de ceux qui étaient proches des dirigeants politiques.
Plusieurs performances de l’artiste, réalisées en espace public, seront présentées au cours du workshop. Siniša Labrović exposera également les interventions artistiques d’autres artistes croates. Toutes ces actions concernent de près ou de loin l’acte de voler, autant que la défense de l’espace et des biens publics.  Le mot adéquat pour décrire ce processus est « transition », une transition interminable ; ainsi en Croatie l’on peut dire : « Je suis ici, mais je ne sais pas où ». La discussion est fortement souhaitée et sera au cœur du processus de ce workshop.

2/ Atelier mené par Franck Apertet (les gens d’Uterpan) (FR)

La carte et le quotidien - Écriture spatiale avec contraintes
Ce workshop, mené par Franck Apertet, propose de découvrir sous forme d’atelier pratique les phases de mise en œuvre du projet Topologie des gens d’Uterpan. Les participant·e·s mèneront le repérage qui permet de situer, puis de porter sur les plans de villes données, le graphique étalon de Topologie. Un graphique qui ne peut être déformé et qui va conditionner l’écriture de partitions physiques et d’une partition sonore.
Après une présentation du projet Topologie, les participant·e·s, par groupes, vont travailler sur les plans de villes différentes afin d’y déterminer l’emplacement du graphique étalon. Ils feront les repérages nécessaires à partir d’internet pour déterminer les parcours qui vont influencer l’écriture des partitions physiques et sonores.

3/ Atelier mené par Katrien Verwilt / Metropolis & Vera Maeder / hello!earth (DK)

Metropolis in - walking out
Le workshop se déroulera en deux parties, dirigées par Katrien Verwilt et Vera Maeder : un exposé et une discussion sur « Métropolis », suivis d’une promenade dans l’espace public menée par les intervenantes. Metropolis [Performance et art dans l’espace public], est une plateforme artistique oeuvrant à l’émergence de la ville créative. Cette initiative du Théâtre International de Copenhague sort du théâtre et pénètre la ville, pour y créer de l’art, du débat et de la vie. L’objectif est d’enfreindre les fondements établis de l’art, et en particulier l’image traditionnelle des arts vivants. Métropolis était d’abord un festival, de 2007 à 2015, et est devenu depuis 2017 une saison d’été présentant des expériences d’art vivant dans les rues de la ville, éloignées des spectacles de rue traditionnels, mais orientées vers la transformation artistique d’immeubles, de squares ou de rues emblématiques. Ces expériences incluent la mise en scène de la vie quotidienne, des installations en espace public, le travail d’artistes avec des groupes locaux, des expériences artistiques dans des lieux mobiles éphémères ainsi que des excursions aux abords de la ville. On y conte les récits de la diversité urbaine ; tous les formats et media sont expérimentés. La ville est à la fois l’objet, le sujet et le cadre.
www.metropolis.dk

SAMEDI 22.09.2018

1/ Atelier mené par Mattin (ES)


Dissonance sociale
Au cours de ce workshop les participant·e·s tâcheront d’interpréter cette partition presque impossible :
« Écoutez attentivement.
Le public est votre instrument, jouez avec lui afin de comprendre pratiquement comment nous sommes nous-mêmes souvent instrumentalisé·e·s.
Préparez le public à l’aide de concepts, de questions et de mouvements, comme moyen d’explorer la dissonance qui existe entre le narcissisme individuel encouragé par le capitalisme, et notre capacité sociale ; entre notre manière de nous percevoir comme des individus libres dotés d’agentivité, et la façon dont nous sommes socialement déterminés par les relations capitalistes, la technologie et l’idéologie.
Réfléchissez à la relation je/nous, en définissant la dissonance sociale.
Aidez à l’émergence du sujet collectif. »
Cette partition sera exécutée plus tard ce même jour pendant une heure, à partir de 18:00. Les participant·e·s du workshop prennent également part à cette performance ouverte au public.

2/ Atelier mené par Tsaplya Olga Egorova et Dmitry Vilensky / Chto Delat  (RU)

Les conflits irréconciliables – Les fondements de la tragédie contemporaine
Le workshop s’élaborera à partir d’une discussion sur deux de nos films, issus d’un tryptique de comédies musicales engagées sur lesquelles notre collectif travaille depuis 2008.
Le premier, The Tower : A Songspiel (2009) s’inspire de documents réels et d’une analyse du conflit qui a opposé autorités et société autour de l’installation du siège de Gazprom dans un gratte-ciel de 403 mètres. Ce projet a engendré une des plus féroces confrontations de l’histoire politique russe récente, la tour étant vue par les autorités comme le symbole d’une Russie renouvelée et modernisée. Comment de tels symboles sont-ils produits ? Comment la machine idéologique du pouvoir fonctionne-t-elle ? Comment de tels projets sont-ils imposés malgré la résistance des citoyen·ne·s ?
Le second, Partisan Songspiel, commence par l’image de la répression politique (expulsions forcées) exercée par le gouvernement de la ville de Belgrade sur les Roms durant l’Universiade d’été de 2009. Ce film envoie un message politique universel sur l’existence des oppresseurs et des oppressés : en l’occurence, le gouvernement de la ville, les profiteurs de guerre, et les magnats des affaires versus des groupes de personnes défavorisées – ouvrier·ère·s, militant·e·s d’ONG ou activistes de groupes minoritaires, anciens combattants invalides, et minorités ethniques.
La discussion autour de ces deux films nous permettra d’aborder un large éventail de politiques de désaccord existant en milieu urbain. La manière dont un conflit apparaît et se développe sera questionnée, et les participant·e·s tenteront d’imaginer comment celui-ci pourrait se développer autrement.

3/ Atelier mené par Mike Ribalta / FiraTàrrega (ES)

Ennuis à Tàrrega ?
La FiraTàrrega est la foire internationale d’arts vivants qui a lieu tous les ans à Tàrrega (Espagne), durant la deuxième semaine de septembre. Fondée en 1981, c’est une grande vitrine de ce qui se fait dans le domaine des arts vivants, offrant une programmation éclectique incluant des spectacles en intérieur, et qui met l’accent sur les arts urbains ainsi que sur  des spectacles visuels et non conventionnels. Considérée comme un espace de rencontres et un lieu de référence international pour les débats du secteur, les objectifs principaux de FiraTàrrega sont de stimuler le marché des arts vivants, d’ouvrir la voie à l’internationalisation des compagnies ; d’accompagner et de promouvoir la création des artistes émergents ; d’encourager la formation, en particulier centrée sur la création artistique et la gestion culturelle, et sur la création d’alliances stratégiques développant circuits de street art ou productions transnationaux.
Cette année la FiraTàrrega présente deux créations dans un cimetière municipal. Ces deux créations veulent questionner la mémoire, la mort et la vie. L’utilisation du site a engendré des plaintes, et permis d’intéressants débats dans les médias locaux et sur les réseaux sociaux.
Ces deux situations seront étudiées dans le cadre du workshop.

Intervenants

Tunde Adefioye (BE/US)
Tunde Adefioye, né à Los Angeles, a étudié les Women’s Studies, la biologie moléculaire et la bio-informatique, et est titulaire d’un doctorat en chemoinformatique de la KULeuven. Il a fondé le groupe de poésie Urban Woorden avec des étudiant·e·s belges et internationaux·ales. Tunde travaille depuis 2016 au sein de l’équipe artistique de Michael De Cock au KVS, comme « dramaturge urbain » : à ce titre, il cherche comment utiliser la ville comme toile conceptuelle sur laquelle provoquer des dialogues. En parallèle, Tunde a travaillé comme dramaturge pour plusieurs projets et a programmé Beyond the Binary, une soirée centrée sur l’intersection de l’identité queer, des origines ethniques et du genre.

Joanna Warsza (PL/DE)
Joanna Warsza (née à Varsovie, basée à Berlin) est curatrice, travaillant essentiellement dans le secteur public plutôt que muséal. Elle dirige le CuratorLab à l’Université de Konstfack de Stockholm. Programmatrice associée à la 7ème Biennale de Berlin en 2012, elle a été curatrice, entre autres, du pavillon géorgien de la 55ème Biennale de Venise, du programme public de Manifesta 10 à Saint-Petersbourg, ou encore de Public Art Munich en 2018. Elle a récemment publié  Can’t Work Like This: A Reader on Recent Boycotts and Contemporary Art (Sternberg Press, 2017) et Empty Stages, Crowded Flats: Performativity as Curatorial Strategy, en collaboration avec Florian Malzacher (Alexander Verlag, 2017).

Chantal Mouffe (BE/UK)
Chantal Mouffe est professeure de théorie politique au Centre pour l’Etudes de la Démocratie à l’Université de Westminster, à Londres. Elle a été enseignante-chercheuse dans de nombreuses universités en Europe ainsi qu’en Amérique du Nord et du Sud, mais aussi consultante à l’Université Internationale de Philosophie de Paris. Elle est l’auteure de nombreux livres qui abordent le concept de démocratie par le prisme d’une pensée post-marxiste et anti-essentialiste. Aux modèles délibératifs et libéraux, Chantal Mouffe oppose l'idée et le projet d'une « démocratie radicale et plurielle ».

Siniša Labrović (HR)
Siniša Labrović est performeur et artiste multimédia. Ses performances reposent souvent sur la participation du public, ainsi que sur l’histoire inscrite dans les contextes spécifiques où il opère, et s’articulent autour des tensions actuelles et des transformations qui traduisent les conflits politiques, sociaux, de classes, de genres, et autres. Cela ne l’empêche pas d’utiliser l’humour et la satire dans son travail. Il se plaît à reprendre à son compte des formes existantes, telles que la téléréalité ou le référendum, qu’il nourrit d’un contenu innatendu et imprévisible. Il a par exemple défié le Ministre de la culture croate lors d’un match de boxe ou plus récemment lancé une pétition protégeant les prêtres abuseurs de poursuites lors d’une performance incriminante critiquant les groupes nationalistes « para-fascistes » du pays.
Plus d'infos sur les sites de Calvert Journal, Youtube, Performing the East, Museum of non Visible Art.

Annie Vigier et Franck Apertet (les gens d’Uterpan) (FR)
Le travail des gens d’Uterpan questionne les normes et les conventions qui régissent l’exposition et le spectacle vivant, entre autres par une prospection des limites du corps et de la représentation. En s’appuyant sur les mécanismes d’ajustement de l’individu, du corps et de la création à ces contextes, les artistes constituent une œuvre critique à partir d’une pratique initiale de chorégraphes. Leur travail investit des lieux d’art (centres d’art, musées, galeries, théâtres) ainsi que l’espace urbain. Annie Vigier et Franck Apertet (les gens d’Uterpan) sont représentés par la galerie Salle Principale (Paris).
www.lesgensduterpan.com
www.salleprincipale.com

Katrien Verwilt / Metropolis (DK)
Katrien Verwilt obtient un Master en Philologie Romane et en Études théâtrales des Université de Leuven, Bologne et Aarhus avant de commencer sa formation en management culturel avec KAOSPILOT (DK). En 1994, elle rejoint l’équipe de la 96ème Capitale Européenne de la Culture à Copenhague en tant que secrétaire internationale. Elle est au Théâtre International de Copenhague depuis 1998 comme programmatrice et co-directrice.
www.metropolis.dk

Vera Maeder / hello!earth (DK)
Vera Maeder vient de la danse et du théâtre (School for New Dance Development Amsterdam et Theatre Academy Berlin UDK). Elle a depuis lors travaillé comme performeuse, directrice/chorégraphe et artiste conceptuelle, et continuellement expérimenté les limites du performatif. Elle enseigne actuellement au Département du Design Durable de l’Université de Linneaus en Suède, et est l’une des fondatrices, ainsi que la directrice artistique de hello!earth.
hello!earth créé des œuvres transdisciplinaires participatives avec une approche relationnelle, dans laquelle la présence du public est un élément central et co-créateur, au sein de diverses propositions basées sur le contexte, dans l’espace public ou les environnements naturels.
https://www.helloearth.cc

Mattin (ES)
Mattin (né à Bilbao, vit actuellement à Berlin) est artiste et travaille avec le bruit et l’improvisation. Son travail cherche à interroger les structures économiques et sociales de la production artistique sonore expérimentale, dans la performance live, l’enregistrement et l’écriture. Il souhaite questionner la nature et les paramètres de l’improvisation, en particulier la relation de la notion de « liberté » et l’idée d’innovation constante qu’elle implique, avec les conventions établies de l’improvisation en tant que genre, ainsi que les éléments qui constituent la situation de concert - le public, et l’espace social et architectural.
Il a achevé l’an dernier un doctorat à l’Université du Pays Basque. Il a publié Noise & Capitalism avec Anthony Iles en 2009 et, en 2012, Unconstituted Praxis - ces deux livres sont disponibles en ligne (voir ci-dessous). Mattin a par ailleurs participé à la Documenta 14 d’Athènes et Cassel en 2017, avec Social Dissonance.
Plus d'infos sur le site de Mattin, dans cet article publié dans Volume! et dans ce texte.

Tsaplya Olga Egorova et Dmitry Vilensky / Chto Delat  (RU)
Le collectif Chto Delat (« Qu’y a-t-il à faire ? ») a été fondé en 2003 à Saint-Petersbourg, par un groupe d’artistes, de critiques, de philosophes et d’écrivains, avec l’intention de faire cohabiter théorie politique, art et activisme. Chto Delat se voit comme un organisateur communautaire pour un certain nombre d’activités culturelles, résolu à politiser la « production du savoir » à travers les redéfinitions d’une autonomie engagée des pratiques culturelles actuelles, ainsi que comme cellule artistique. En 2013 Chto Delat lance une plateforme éducative - École d’Art Engagé à Saint-Petersbourg - et gère un lieu, la Rosa’s House of Culture. Depuis ses débuts, le collectif publie un journal anglo-russophone qui met l’accent sur la politisation de la situation culturelle russe, en dialogue avec le contexte international.
https://chtodelat.org

Mike Ribalta / FiraTàrrega (ES)
Mike Ribalta est diplômé d’histoire de l’art et possède un master en Création et production de fiction et de divertissement. Il est à la tête du département Professionnels et relations internationales de la FiraTàrrega depuis 2001. À ce tire, il est directeur du Marché d’arts vivants la Llotja. Il a monté et développé la stratégie coopérative internationale de la foire, et est le coordinateur de projets transnationaux de coopération dans lesquels la FiraTàrrega est impliquée. Il est par ailleurs membre du comité de direction du réseau Circostrada.
https://www.firatarrega.cat/

Floriane Gaber (BE/FR)
Après des études au Conservatoire royal d'art dramatique à Mons (Belgique), Floriane Gaber obtient une thèse de lettres à Paris III, où elle coordonne le CRAR (Centre de recherche sur les arts de la rue, 1992-1998). Dans le cadre du réseau européen Eunetstar (2003-2006), elle rédige deux études (sur les publics des arts de la rue et sur l'accompagnement des productions transnationales). De 2014 à 2016, elle coordonne la MNACEP (Mission nationale pour l'art et la culture dans l'espace public). Journaliste, elle écrit sur la rue, le cirque, le théâtre, la danse contemporaine et les expressions artistiques non occidentales. Elle enseigne à Paris 8 et à l'université d'Amiens Picardie Jules Verne.

Appels à participation

Vous avez envie d'explorer la ville autrement, et de participer à une intervention artistique dans l’espace public? Nous cherchons des participant·e·s!

PROJET 1 :
"Déviation" / Maria Sideri (GR)


Workshop gratuit avec Maria Sideri du 27 au 31 août  + performance finale le 23 septembre.
Ce projet rassemblera des habitant·e·s de Bruxelles de tous les horizons, de tous les genres et de tous les âges, pour travailler sur la question des quartiers dans lesquels on ne se rend pas (parce qu’on y a peur, parce qu’on est gêné·e d’y aller, parce qu'on ne s’y sent pas bienvenu·e, ou parce que c’est socialement mal vu). Les participant·e·s partageront leurs impressions, réaliseront des cartes subjectives et écriront des textes ou des chansons pour se réapproprier ces espaces, qui seront ensuite présentés dans le cadre d’une procession mêlant chant, textes et rap, et reliant ces divers endroits dans la ville. Nous cherchons des participant·e·s intéressé·e·s par la danse, le chant, le rap, le slam, l’écriture, la musique, …

PROJET 2 :
"Défilés" / Annie Vigier et Franck Apertet (les gens d'Uterpan) (FR)


Mouvement collectif dans les rues de Bruxelles le 23 septembre  (+1 répétition au choix le 20 ou 21 septembre).
Que représente une manifestation sans pancarte, sans slogans ? Que pourrions-nous vivre en prenant part à une marche de contestation, mais sans cause, sans objet ?
Que resterait-il du geste politique dans une déambulation collective reprenant les mouvements de la manifestation, mais dépouillée de ses revendications ? Les chorégraphes français Annie Vigier & Franck Apertet (les gens d'Uterpan) vous invitent à rejoindre le cortège de "Défilés" dans les rues de Bruxelles, pour une performance qui place au centre la question de l’engagement. Nous cherchons des participant·e·s de tous les horizons.

PROJET 3 :
"No Regret" / Liévine Hubert (BE)


Chorégraphie participative dans les rues de Bruxelles le 23 septembre (+ 1 répétition).
Une ritournelle gestuelle pleine de finesse et de puissance. Liévine Hubert nous parle dans un langage sans mots, étrangement déroutant. Ses gestes délicats nous tiennent en haleine. Jusqu’à ce qu’on arrive au bout du tunnel, et qu’on comprenne le message. Nous invitons plusieurs dizaines de participant·e·s sà rejoindre Liévine Hubert sur scène pour un grand moment collectif. Une image que peu oublieront. Nous cherchons des participant·e·s de 5 à 95 ans de tous les horizons.

INFOS & INSCRIPTIONS :
mathilde@cifas.be
0032 472 84 85 74

10 euros/jour (lunch vendredi-samedi et petit-déjeuner samedi-dimanche compris)
20 euros/pass 3 jours (lunch vendredi-samedi et petit-déjeuner samedi-dimanche compris)
Inscriptions avant le 14.09.2018
(ATTENTION: veuillez indiquer les ateliers que vous voulez suivre les après-midi dans la section "Commentaires")
La Urban Academy s’adresse aux artistes, opérateur·trice·s culturel·le·s, producteur·trice·s, mandataires politiques, étudiant·e·s, acteur·trice·s sociaux·ales de terrain et à tou·te·s les citoyen·ne·s intéressés par l’art dans l’espace public.
Français et anglais (traduction simultanée / facilitation)
DEBATS ET ATELIERS :
La Bellone
21.09
09:00-16:30 (débats & workshops)
18:00-19:00 (conférence Chantal Mouffe)
22.09
07:30-09:30 (yoga & petit-déjeuner)
09:30-17:00 (débats & workshops)
23.09
08:30-10:30 (yoga & petit-déjeuner)
10:30-12:30 (conclusions)

INTERVENTIONS URBAINES :
Bruxelles, Anderlecht, Molenbeek: 21.09 au 23.09, horaire encore à définir!
Inscriptions
 

Les champs précédés d'une astérisque * sont obligatoires

(In case an organisation funds totally or partially your coming/stay in Brussels, On the Move and CIFAS can add their logo to the list of supporters.)
Les fichiers doivent peser moins de 4 Mo.
Extensions autorisées : txt rtf odf pdf doc docx.

Si vous ne recevez pas l'email confirmant la bonne réception de votre candidature, veuillez vous adresser au Cifas: